SULLY PRUDHOMME

SULLY PRUDHOMME

De la poésie à la philosophie des arts

 

 

FICHE D'IDENTITE

Nom :    PRUDHOMME

Prénom  : Sully

De son vrai nom :René Armand François Prudhomme

Né le : 16 mars 1839 à Paris

Décédé le : 6 septembre 1907 à Châtenay-Malabry

Activités : poète, puis essayiste sur la philosophie des sciences et de l'art

Académicien en 1881

Pour connaître ses écrits , cliquez sur ce lien : OEUVRE DE SULLY PRUDHOMME   

    

 


 

De son vrai nom René Armand François Prudhomme, Sully Prudhomme est un poète français, qui fut académicien en 1881.

Enfant, il voulait être ingénieur.
Il poursuit des études au Lycée Bonaparte, mais une crise d’ophtalmie l’oblige à les interrompre. Il se tourne vers le droit et travaille chez un notaire. IL écrit ses premiers poèmes et présente son travail au sein d’une société étudiante dont il est membre.

C’est Sainte Beuve qui lance la carrière de Sully Prudhomme en donnant une bénéfique critique à son premier recueil de poèmes en 1865 ( Stances et poèmes, poésie sentimentale )

 

Après 1869, ses écrits s’éloigneront peu à peu de ce genre sentimental pour rejoindre un genre tout à fait différent qui le rattache au Parnasse avec un intérêt pour les sujets scientifiques et philosophiques. Il traduit un chant latin de Lucrèce ( 1878-1879). Ses poèmes « La justice » (1878) et « le Bonheur » (1888) exprime cette ambition philosophique, mais poésie et philosophie ne font pas bon ménage dans le style de Prudhomme.
Ainsi, ce dernier se détourne de la poésie pour se consacrer plus exclusivement à l’esthétique artistique et à la philosophie et publie deux essais dont « l’expression dans les beaux arts ( 1884), des articles sur Pascal Blaise (
voir rubrique qui lui est consacrée )etc…

Il reçoit le prix Nobel de Littérature le 10 décembre 1901, et fonde, avec ses gains, un « Prix de Poésie » décerné par la Société des Gens de Lettres.

 

Dès l’entrée dans XXè siècle, sa santé précaire ( il souffre d’attaques de paralysie) le contraint à vivre en permanence à Châteney-Malabry.

Il occupe les dernières années de sa vie à la rédaction de « La vraie religion selon Pascal qui sera publiée en 1905).

 

Il meurt subitement le 6 septembre 1907 et est enterré au Père Lachaise à Paris.

 

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site