CHARLES BAUDELAIRE

CHARLES BAUDELAIRE

 

L'art pour l'Art- Le sublimeur des sensibilités

FICHE D'IDENTITE

Nom : BAUDELAIRE

Prénom : Charles

Né le : 9 avril 1821 à Paris

Décédé le : 31 août 1867 à Paris

Activités Poète, critique d'art, journaliste à ses heures, traducteur de l'oeuvre d'Edgar Allan Poe

Pour connaître ses écrits , cliquez sur ce lien : OEUVRE DE BAUDELAIRE

 

Charles Baudelaire est né à Paris en 1821 d'un père qui fut un 'prêtre défroqué' qui l'instruisit pour les lettre et la peinture ( peintre lui-même). Malheureusement, ce père meurt en 1827, Charles n'a que 6 ans et sa mère se remarie un an plus tard avec un militaire du nom de Jacques Aupick que Charles n'aimera jamais, il ne pardonnera d'ailleurs jamais à sa mère de s'être marié à cet homme qui fait obstacle à tout ce qu'il aime (le rève, la poèsie, sa mère).

Ce beau-père, qui pense incarner les bonnes valeurs de la bourgeoisies juge Charles trop scandaleux pour pouvoir continuer à vivre avec lui et sa mère et l'envoit en voyage aux Indes.
Mais Charles n'ira jamais à destination. Il revient à Paris et rencontre Jeanne Duval, une femme de 'petite vertu'. Il brûlera pour elle d'une passion sans fin et elle lui fera connaître les charmes et les amertumes de l'amour.
C'est ainsi que Charles, peu à peu s'endette et dès 1842 débute une vie de misère. IL ne reçoit pas d'aide de sa famille est est contraint de se placer sous tutelle.

C'est alors que germent ses premiers poèmes qui viendront composer les 'Fleurs du Mal'.
Il se fait critique d'art et journaliste et participe aux barricades en 1848, non pas qu'il souhaite s'engager activement dans les manifestations, mais il se veut anti-Napoléon III comme Flaubert ou Victor Hugo, en bon romantique qu'il semble être.

Il achève les 'Fleurs du Mal' et ce recueil est publié en 1857. Mais il est catalogué de 'offence à la morale religieuse' et 'd'outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs' en 1861. Baudelaire sera condamné à une amende de 300 francs réduite à 50 francs grâce à l'intervention de l'Impératrice Eugénie qui semble apprécier cette poésie différente.
Mais l'éditeur se voit contraint de retirer six poèmes de cette version sur les onze qui étaient visés par le procureur général. Cette décision touchera profondément Charles qui doit refondre cette nouvelle version amputée de six poèmes mais à laquelle il en rajoute trente deux.
Néanmoins, en 1866, il parviendra à faire publier les six poèmes interdits hors de la juridiction française sous le titre 'Les épaves'.

A cette époque, Baudelaire s'installe à Bruxelle et prépare un pamphlet contre la France qui figure à ses yeux une caricature de la France bourgeoise. C'est aussi dans cette même année que, suite à une perte de connaissance, il subit des troubles cérébraux en particulier une aphasie.

Il rentre à Paris et meurt un an plus tard, en 1967 de la syphilis.

Avant de mourir, il voulait réaliser une édition définitive des 'Fleurs du Mal' qu'il considéra comme 'le travail de toute une vie', mais il n'en aura pas eu le temps.
Il est enterré au Cimetière Montparnasse dans la même tombe que son beau-père Aupick qu'il détestait et que sa mère .

Le 'spleen de Paris' ( autre oeuvre majeure de Baudelaire) est paru à titre posthume en 1868.
A sa mort, son héritage littéraire a été mis aux enchères. C'est l'éditeur Michel Levy qui l'a acquis.

SON ECRITURE

Passer de l'extase à l'horreur et de l'horreur à l'extase, telle est la plume de Baudelaire.
Pour lui, c'est le spectacle vivant de sa triste misère. Il est enfant du péché et en souffre inconsciemment. Il hait l'égoïsme et la méchanceté humaine, et l'absence de sens du beau dans cette 'race'.
C'est un esprit torturé, il dénonce le plaisir que prend le 'vulgaire' à faire du mal.
Et lui, avec des mots choisis, il cherche
par l'art, à donner à l'horrible ,la beauté , et à la douleur, un esprit de joie.
Pour lui, cela doit être le rôle du poète, et la poésie ne peut être que révolte du poète face à la négation de la misère humaine. Il ne peut croire à la perfection dans l'homme.
Il éprouve tont de mépris pour beaucoup de choses, tout est hérésie.

Rejetant le réalisme et le positivisme dont il est contemporain, Baudelaire est l'héritier de l'Art pour l'Art' des Parnassiens. Il sublime la sensibilité et cherche à atteindre la vérité essentielle, la vérité humaie de l'univerzs, ce qui le rapproche, en termes philosophiques, du platonisme.
Il dit : 'L'artiste, le vrai artiste, le vrai poète, ne doit peindre que selon ce qu'il voit et ce qu'il sent, il doit réellement être fidèle à sa propre nature'.
Dans sa poésie, Baudelaire ne conserve du vers classique que la musique, évitant les césures irrégulières, les rejets, les enjambements, le caractère par trop mécanique de l'alexandrin et annonce ainsi les prémices du vers impair de Verlaine, les dissonnances de Laforgue, qui aboutiront finalement à la création du vers libre.

Sans le savoir, Baudelaire fonde ainsi les bases de ce que l'on appelera plus tard : le Symbolisme.
A noter que Baudelaire fut le premier traducteur en français d'Edgar Allan Poe ( les Histoires extraordinaires ...etc), qu'il contribuera à fairer connaître et dont on dit parfois que les traductions sont supérieures à l'originaL.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site