RENE BARJAVEL

RENE BARJAVEL

 

Un curieux jamais satisfait…

 

 

 

FICHE D'IDENTITE

Nom :    BARJAVEL

Prénom  : René

Né le : 24 Janvier 1911 à Byons (Drôme)

Décédé le : 24 novembre 1985 à Paris

Activités : Romancier, poète, chroniqueur

Pour connaître ses écrits , cliquez sur ce lien :     

 

 


René Barjavel est né dans la Drôme paysanne de parents boulangers.
Ses parents, très aimants, n'ont pas eu assez de temps à lui consacrer, et le petit René découvre seul la nature et se plonge dans la littérature dès son plus jeune âge.
Il se passionne pour tout ce qui peut l'émerveiller dans les livres ou lorsqu'il lève les yeux vers le ciel.
C'est un médiocre écolier et l'on pense qu'il fera un bon boulanger plutôt qu'un étudiant modèle.
Néanmoins, en français, il met en exergue ses qualités, et son professeur affirme que c'est un enfant intelligent et qui ira loin dans les études . Il obtiendra d'ailleurs son baccalauréat mais il est contraint de stopper ses études faute d'argent.
IL fera donc toutes sortes de petits boulots et il écrit.
Il se marie en 1936 et deux enfants naissent rapidement dans les deux années qui suivent.
Il part pour la guerre dans un régiment de Zouaves, mais il est en désaccord avec les nécessités de la guerre et contre ce qu'il appelle 'l'esclavagisme du soldat et la bêtise militaire'.
Après la guerre, il s'installe à Paris avec sa famille mais le manque d'argent est toujours préoccupant. Il continue d'écrire et édite 'Le diable l'emporte' qui ne connaîtra pas un vif succès. Il pense qu'il ferait mieux d'arrêter sa carrière d'écrivain. Il s'essait adaptateur, dialoguiste, mais lil ne laisse pas une grande empreinte sur le cinéma. 
Il a des ennuis de santé ( tuberculose) et toujours ses difficultés financières.
Un livre enfin lui apporte la consécration 'La nuit des temps' en 1968.
Il écrira aussi des chroniques dans le journal du Dimanche.
Il se fait connaître du grand public comme un auteur de science fiction mais ses points d'intérêt sont souvent plus d'actualité comme la souffrance et l'injustice dans le monde .
Plus prosaiquement, il est un homme qui sait encore s'émerveiller comme l'enfant qu'il reste au fond de lui, trouvant le bonheur dans les choses les plus simples de la vie. Malgré les difficultés matérielles qui le suivront une bonne partie de sa vie, il saura toujours trouver la petite étincelle qui fait le bonheur d'un petit rien.

SON ECRITURE

 

Barjavel est sans contexte considéré comme un grand auteur de science fiction avec Jules Verne ( soit le chapitre lui correspondant )
C'est en 1943 qu'il publie ses deux premiers romans de science fiction en France "
Voyateur imprudent et Ravage ) et cela a un grand impact d'autant plus qu'en Amérique, le genre n'est pas encore à la mode et est très mal représenté.
On parle alors de "romans extraordinaires" comme on parlait de "romans scientifiques" chez Jules Verne. On ne parle pas encore de "roman de science fiction". Barjavel n'injecte pas à ses romans les énigmatiques extra-terrestres ou les rutilants robots et les voyages en fusées mais il est plutôt innovateur en ce qui concerne l'évolution de la planète et de ses habitants, et notamment apocalypse, voyage dans le temps, catastrophes dues à la technologie envahissante.
Mais il ne faut pas perdre de vue que Barjavel, dans ses écrits, s'intéresse aux idées de son temps : la guerre et ses horreurs, la souffrance et la misère humaine, de façon satirique parfois mais toujours ambiguë voire cynique ( Ravage par exemple replace une civilisation technologique du XXIème siècle ramenée soudainement au néolithique avec disparition des techniques modernes comme l'électricité  par exemple., d'où s'ensuit une décomposition sociale et où la loi du plus fort resurgit dans les mégapoles... un film catastrophe avant la lettre.
On peut penser que Barjavel avait une certaine aversion du progrès. Disons qu'il s'en méfiait plutôt.
La fin du monde est un thème bien exploré par l'auteur, d'idée de la 3ème guerre mondiale qui détermine le conflit le plus effroyable, entre les nations, la menace d'une apocalypse d'autodestructrice pour " limiter l'explosion démographique" ( idée suggèrée dans "la machine à explorer le temps " de H.G. Wells, où l'on rencontre une civilisation en l'an 802 701 )

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×