FRANCOIS-MARIE AROUET DIT VOLTAIRE

VOLTAIRE

 

 

Un Humaniste…un moraliste...

  

FICHE D'IDENTITE

Nom :    AROUET dit Voltaire

Prénom  : François Marie

Né le : 21 novembre 1694 à Paris

Décédé le : 30 mai 1778 à Paris

Activités : tragédien, philosophe, humaniste, poète, et plus tard agriculteur, architecte et fabricant de montres.

Pour connaître ses écrits , cliquez sur ce lien :       

 

 

 

Voltaire, de son vrai nom François-Marie Arouet est un écrivain et un philosophe français  fils de François Arouet, riche notaire et de Marie Daumart.

IL commence ses études en 1704 au collège des Jésuites où il étudie brillament la rhétorique et la philosophie. Il obtient des prix et devient l'ami des frères Argenson, futurs ministres de Louis XV.
Il commence à composer des tragédies : en 1706, il écrit AMULIUS ET NUMITOR.
En 1711, il quitte le collège et s'inscrit à l'école de droit de Paris.
Il se met à fréquenter une société libertine ( la Société du Temple) où il aime faire étalage de ses talents littéraires.
En 1713, il part en Hollande où, en raison d'une liaison avec une jeune fille qu'il voulait enlever, il se fait chasser de l'Ambassade de France. Son père le menace de le déshériter et de l'envoyer à Saint Domingue.
Un an après, il commence à écrire sa première pièce : OEDIPE en parallèle avec une satyre LE BARBIER OU LE PARNASSE. Il devient clerc de notaire mais son métier ne l'inspire pas.

En 1716, il écrit quelques vers sur les amours incestueuses du régent Philippe III d'Orléans, ce qui lui faut d'être exilé pour cinq mois à Sully s/Loire.
Mais il récidive en 1717 où, accusé d'avoir rédigé des pamphlets contre le régent, il échappe à la Déportation aux Antilles et est emprisonné à la Bastille pendant un an.
Libéré en 1718, il est ensuite exilé à Chatenay.

Il adopte alors le nom de Voltaire : VOIR -> HYPOTHESE

Il achève l'écriture de OEDIPE, oeuvre qui connaît le succès alors que Voltaire sort tout juste de prison.
De 1719 à 1724, ce sont les années 'de mondanités'.
En 1726, il est à nouveau emprisonné à la Bastille à la suite d'une alterccation avec le Chevalier de Rohan.
De 1726 à sa sortie de prison, jusqu'en 1729, il s'exile en Grande Bretagne où il découvre la philosophie de Jonh Locke, les théories scientifiques de Newton et la Monarchie britannique.

Il rentrera ensuite à Paris où il mènera une carrière de courtisan.
De 1750 à 1753, il voyage à la Cour de Berlin.
En 1755, il s'installe à Genève.
En 1758, il achète un domaine à Ferney dans le pays de Gex en territoire français.
Il amènage la région, plante et développe l'élevage. Il se fait alors agriculteur, architecte, fabricant de montre et fait vivre un millier de personnes. Il est connu dans le monde entier et on bient chez lui 'en pélérinage' chez cet 'aubergiste de l'Europe'.

En 1778, il revient à Pari où il est accueilli comme un héros. Il rejoint alors les francs-maçons ( peut être était-il franc-maçon avant mais il n'existe aucune preuve avant la date du 7/4/1778).

IL meurt le 30 mai 1778 à Paris, ses cendres ont été transférées au Panthéon le 11/07/1791 aux côtés de Jean Jacques Rousseau avec qui il ne s'entendait pas.

 

SA MORALE

De son séjour en Grande Bretagne, aux côtés de John Locke, il retire sa morale directrice : la tâche de l'Homme est de prendre en mains sa destinée, d'améliorer sa condition et d'assurer et d'embellir sa vie par la science, les arts, l'industrie et une bonne 'police' des sociétés.
La vie en commun ne serait pas possible sans une convention où chacun trouve son compte.
Il pense que tous les hommes sont capables de concevoir l'idée d'une justice qui soit universelle parce qu'ils sont des êtres plus ou moins raisonnables et qu'ils sont tous capables de comprendre que ce qui est utile à une société est utile à chacun.
Le rôle de la morale est d'enseigner les principes de cette 'police' et de les respecter.
Voltaire n'était pas athée bien qu'étranger à tout esprit religieux. Il luttera contre le fanatisme religieux, symboles à ses yeux, d'intolérance et d'injustice.
IL était cependant antisémite ou peut être seulement anti-judaïste.
IL était contre l'esclavagisme ( extrait dans 'Candide'), il félicite Montesquieu et ses écrits, il condamne l'esclavage antique et moderne.
Il luttera dans les dernières années de sa vie pour la libération des esclaves du Jura qui constituaient les derniers serfs en France. Mais son combat fut vain, les serfs ne furent affranchis que lors de la Révolution dont Voltaire inspira certains des principes.


On a dit des philosophes du XVIIIè mais ceci s'appliquait surtout à Voltaire : 'Il avait pour cri de guerre, raison, tolérance et humanité ' ( Condorcet)

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site